Lantau Island.

SIMG_20180208_161633portacker : 1h45 presque 5km.

L’ile de Lantau est la plus grande île de Hong-Kong. On y trouve l’aéroport principal, Disneyland, un grand bouddha , un monastère et un petit village de pêcheurs. Entre autres.

Le 8 février nous nous décidons d’aller faire un petit coucou à ce grand bouddha que tout le monde nous recommande. La plupart des visiteurs viennent ici en téléphérique pour admirer la jolie vue au dessus des montagnes. Mais, il fait beau et on choisit d’y aller a pied. La randonnée doit durer à peu près deux heures, et ça monte tout du long. En arrivant sur l’île nous prenons un bus. Celui que conseillait notre manuel ne passait en fait que toutes les deux heures et pas de chance nous l’avons loupé. Peu importe nous en trouvons un autre qui ‘semble’ nous déposer pas trop loin du chemin. En suivant sur le gps, nous trouvons le bon endroit ou descendre. Sauf que la, Il n’y a rien. Un croisement mais aucun panneau. A Hong Kong, le gps fonctionne de manière assez aléatoire, (au milieu des buildings il ne nous trouve pas et perdu dans la nature non plus) et s’il nous donne une idée de l’endroit ou on se trouve ce n’est pas très précis. On s’engage sur la route qui nous semble la plus judicieuse. On marche pendant plusieurs minutes, on arrive dans un petit village perdu, a tel point qu’on a ‘l’impression de nouveau se trouver au milieu de nulle part en Thaïlande : aucun immeuble, peu de véhicules, des petites échoppes et une jeune fille qui vend de la limonade sur le bord de la route. Bon la petite fille a un fort accent australien et elle est blonde comme les blés mais à part ça c’est typique. Finalement, en avançant on tombe sur un petit vieux à qui nous demandons notre chemin. Il nous indique bien gentiment la voie et nous voilà rassuré. Sur la route, nous croisons quelques locaux, en contresens (c’est facile la descente hein?!) mais vraiment peu de monde, et aucun occidental.

IMG_20180208_144731

Le chemin n’est pas trop complexe à suivre, la seule difficulté est que ça monte non stop jusqu’au bout. Heureusement, nous sommes dans un endroit très joli et on fait beaucoup d’arrêts pour prendre des photos. C’est essentiellement pour avoir des souvenirs et pas du tout pour ne pas montrer à son chéri qu’on en peut plus, qu’on arrive plus à respirer et qu’on est écarlate. IMG_20180208_153800Non Non. Nous longeons des rivières dans la montagne, nous trouvons sur notre route pleins de monastères et petits temples à moitié ensevelis sous la végétation verdoyante, ce qui leur donne encore plus de charme. Se promener perdu dans la forêt, entendre des chants bouddhiques à proximité sans savoir d’où ils viennent, puis découvrir quelques minutes plus tard, au détour du chemin l’entrée d’un monastère nous fait nous sentir comme si nous étions les seuls étrangers à avoir jamais posé le pied dans cet endroit. Et ça, ça vaut le teint « framboise » que j’arbore pendant toute la promenade. A la toute fin, le chemin redevient plat, et on trouve un ‘camp site’ sur le bord de la route, dans un endroit un peu aménagé au milieu des arbres, ça donne envie de passer la nuit ici. Dommage que nous n’ayons pas de matériel. A partir de ce point là, on croise un peu plus de monde, on sent qu’on se rapproche du but, même si on ne voit pas encore le Bouddha.

Nous traversons ensuite un village abandonné, qui donne une impression relativement post apocalyptique : il reste des chaise, des tables des voitures abandonnées. Les panneaux indiquent des restaurants et cafés mais les portes sont par terre, les vitres sont cassées et les arbres ont commencé à pousser dans les maisons. On adore !

IMG_20180208_160027

Juste après le petit village, le chemin devient une route, on tourne la tête et il est là, posée au sommet de la montagne le Grand Bouddha de TianTian. On approche, ça y est on retrouve les autres touristes. Heureusement nous sommes en semaine, un jeudi pour être exact et la fréquentation du lieu reste raisonnable. On fait le tour de la place, on monte au sommet jusqu’au Bouddha la vue est a couper le souffle, sur la mer au loin d’un côté et de l’autre sur le monastère et les montages à perte de vue. En redescendant, on visite le monastère juste à temps avant la fermeture. Il commence à être assez tard (17h en fait, mais nous sommes quand même à 2Heures de bus/metro de Hong-Kong Island) donc tout le monde repart. Il y’a des vaches en liberté qui se promène sur la place et entre les boutiques souvenirs. Expérience saugrenue mais bien plus charmante que celle des cochons sauvages.

Nous profitons du moment, puis nous traversons le village à touristes juste à côté du téléphérique, pour retourner au bus. La vue en téléphérique doit être magnifique surtout au coucher du soleil, mais niveau budget ce n’est pas trop ça !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :