Le bromo / Partie 1 l’arrivée !

Le Bromo sans guide, ça se fait !

 

Nous quittons Yogyakarta le dimanche 11 mars, pour se rendre dans le village le plus proche du volcan emblématique « Bromo ». Le but est de passer la journée dans les transports, rejoindre notre auberge le soir à Céromo Lawang, prendre quelques heures de repos avant de grimper de nuit la montagne en face du Bromo pour assister au lever de soleil sur le volcan depuis les très jolis points de vue qu’offre la zone. Le tout, sans guide.

On le sait partout, tout le monde propose des tours organisés pour aller au Bromo, prendre une jeep de nuit pour aller au point de vue, regarder le lever du soleil, reprendre la jeep jusqu’au pied du volcan hop hop monter, descendre et repartir pour se faire déposer dans la ville suivante ou pour continuer et refaire la même chose sur le Kawa Ijen à quelques heures de route de là. Mais nous souhaitons prendre notre temps, sans avoir à regarder notre montre pour savoir si on est à l’heure pour la suite du programme.

 

Par contre, pour nous rendre sur place, nous sommes passés par une agence qui s’est occupée du transport. Nous avons lu tellement de mauvaises choses sur les transports pour arriver jusque là-bas par ses propres moyens que nous avons finalement préférés choisir une agence de Yogyakarta pour gérer le transport, et dont le propriétaire de l’auberge nous vanté la fiabilité. On vient donc nous récupérer à 6h du matin à notre auberge, pour nous amener à la gare. Le train est à 7h. C’est à ce moment que j’ai choisis de ne pas trouver ma carte bleue pourtant bien rangée à sa place dans sa pochette. En arrivant à la gare, je défais donc tout mon sac pour la chercher, sans succès. Il faut savoir qu’il m’arrive de cacher une partie de mes sous dans mes culottes afin de dissuader l’ennemi, je sors donc mes culottes en panique devant tout le monde à la gare. Finalement, on monte dans le train et je la retrouve bien sagement à sa place habituelle.

Le trajet en train va durer 9h, en classe économique. Nous avons des prises pour charger les appareils électroniques mais j’avoue que ce n’est pas très confortable. Au bout d’une heure je ne sens plus mes fesses. Ça va être long. Nous sommes sur des banquettes de 2 ou 3 qui se font face. Ce que nous retiendrons du trajet ? Le monsieur juste derrière nous qui rote non stop pendant au moins 3H. Comment est ce possible ? Autre chose amusante, tout le monde sait que les toilettes dans les trains et les avions ne sont pas très stables alors allez essayer les toilettes à la turques dans un train en mouvement en Indonésie, c’est assez rigolo (et non je ne m’en suis même pas foutu partout). Le train arrive à l’heure, vers 16h à la gare de Probolinggo qui est célèbre pour ses arnaques aux touristes. Notre transport nous attend avec une petite pancarte à nos noms. Deux autres jeunes filles se joignent à nous pour partager le minibus. On comprend qu’elles se sont faites alpaguer et recruter dès leur descente du train. On monte dans le van/minibus et nous voilà parti. Deux heures plus tard nous arrivons dans la brume à notre auberge à Ceromo Lawang. Les filles (une allemande et une chinoise) ont une autre auberge, un peu plus loin. La notre à l’air plutôt pas mal. Nous savons que nous sommes au milieu de nul part, sur l’île de java, en Indonésie bien loin de chez nous alors nous n’avons pas trop d’attentes. Mais il y’a de l’eau chaude, une bonne couverture pour la nuit et un peu de wifi du coup tout va bien. En arrivant, nous croisons nos voisins de chambre un petit couple d’allemand qui à l’air très gentil. Notre hébergement est une sorte de maisonnette / grand bungalow avec 2 chambres l’une à coté de l’autre, un salon avec des fauteuils et une télé, et une salle de bain (toilettes à la turques, pas de chasse d’eau, mais une douche chaude, le luxe!!!). Nous partons manger sans trop nous attarder dans la chambre, espérant trouver quelque chose d’ouvert pour manger, et nous coucher tôt. Nous trouvons un petit warung qui nous semble très correcte. En fait on dirait plus une boutique mais avec quelques places sur la table pour s’asseoir. Nous prenons le traditionnel Nasi Goreng (riz frit aux légumes) que nous commençons à bien connaître. Nous mangeons un repas plutôt bon, très correcte même pour seulement 15 000 idr par personne. 1 euro. Il n’y a pas à ce plaindre. On en profite aussi pour acheter à la dame quelques bananes pour notre randonnée nocturne. En sortant, on repère le début du chemin pour le lendemain, et on va se coucher.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :