Une semaine au Japon – Bilan

Voilà, ça fait à peine plus d’une semaine que nous avons posé le pied sur le sol Japonais, en débarquant depuis l’Indonésie. Le changement est radical entre Tokyo et notre petit village d’une seule rue à Amed.

Les démarches administratives

Là, il n’y a pas à dire le Japon fait honneur à sa réputation : il est efficace ! Juste avant de passer l’immigration à l’aéroport nous avons demandé conseil à une dame japonaise sur le guichet qui correspondait à notre situation. Elle nous a amené dans un petit bureau, où il n’y avait que nous et un employé. Il a regardé notre passeport, pris nos empruntes digitales. Nous avons patienté 5 minutes et il nous a remis notre carte d’identité ! Direct! Il n’y avait plus qu’à passer à la mairie de notre quartier pour y faire inscrire notre adresse officielle. Deux jours plus tard, nous sommes allés à la mairie où nous avons passé 2 heures mais nous sommes ressortis en parfaite légalité: officiellement japonais (ou presque) pour un an !

Au total ça nous a pris : 10 minutes à l’aéroport et 2 heures à la mairie. Pour comparer à Hong-Kong nous avions du : entrer en visa touriste et aller récupérer notre visa vacance-travail à l’immigration tower. Une fois le visa reçu il a fallu sortir et re-entrer sur le territoire pour le faire tamponner officiellement (aller un petit aller retour à Macau dans la journée youpi). Une fois tamponné, retour à l’immigration tower pour faire faire la carte d’identité, une fois le papier rempli ils nous ont dit de revenir la chercher 3 semaines plus tard. Et en attendant, impossible de chercher du travail. Un bon mois au total pour faire les démarches.

Logement 

On ne paie pas le logement ! (pour l’instant) Nous faisons du woofing, à savoir nous travaillons quelques heures par jour dans une auberge de jeunesse en échange d’une chambre. Nous ne gagnons pas d’argent, mais nous ne payons pas de loyer ce qui en plein Tokyo est plutôt avantageux. De plus, il y’a pas mal d’autres Helpers en même temps que nous à l’auberge donc la charge de travail est loin d’être insurmontable.

Nous sommes restés 3 jours dans l’auberge de jeunesse officielle où nous avons postulé. Ensuite les propriétaires nous ont déplacés sur une autre auberge dans le quartier d’Asakusa pour nous occuper d’une famille de 8 australiens qui reste une semaine. En gros, nous devons attendre qu’ils partent en vadrouille le matin et nettoyer toutes les parties communes de la guest-house (ça nous prend un peu plus d’une heure), et nous sommes ensuite libre de faire ce qu’on veut !

L’avantage d’avoir changé d’auberge : le quartier est top! Nous avons un dortoir de 6 rien que pour nous, et une super cuisine ! Il y’a un four et même 3 feux ! L’auberge est immense, ça change de Hong Kong. Il y’a 3 étages, au moins 6 chambres, 3 toilettes : et nous sommes 11: la famille de 8 qui est absente quasi toute la journée, notre colloc Mike (un autre helper) qui a sa propre chambre et nous. Il y’a des supermarchés pas trop chers à proximité, et le métro est à 5 minutes.

Inconvénient : Nous ne sommes pas posés dans un « chez nous » durable : nous repartons la semaine prochaine dans l’auberge n°1.  Notre dortoir à Asakusa n’est pas une pièce à part entière c’est la continuité de la cuisine/salle à manger dont elle est séparée par une porte/paravent avec une vitre opaque. Concrètement quand la famille est dans la cuisine, nous y sommes avec eux.

Emploi.

Niveau emploi, nous ne savons pas trop quoi faire. Nous voulions rester à Tokyo en woofing pendant un mois, pour faire les démarches, visiter sans trop dépenser avant de partir ailleurs, mais nous avons eu un a priori très positif sur la ville et on n’est pas sûrs de vouloir partir ! Du coup, nous postulons pour des petits boulots des « baitos » comme on dit ici. Nous sommes réalistes et savons que sans la maîtrise du japonais, nous nous cantonnerons à des jobs simples dans la restauration ou les hôtels (pour faire la plonge ou le ménage pas obligé d’être bilingue).

Nous avons aussi trouvé un ‘bon plan’, on croise les doigts pour que ça marche : Des japonais voulant devenir professeurs s’entraînent sur des étrangers pour tester leur cours et leur méthode. Nous pouvons donc assister à des cours et même être payés par l’université pour être étudiants en japonais et aider les futurs profs. Nous ne savons pas encore si nous allons être pris car pas mal de monde postule (forcément).

Visites 

Les transports étant vraiment chers, nous faisons un maximum de choses à pied. Nous nous sommes promenés dans le célèbre parc de Ueno, où les japonais pique-niquaient sous les cerisiers en fleur, nous sommes allés à Akihabara, le quartier jeu vidéo et manga très célèbre de Tokyo. Nous avons joué sur des bornes d’arcades dans une ambiance bruyante et animée ! Nous profitons bien de notre quartier à Asakusa. C’est le quartier culturel et touristique de Tokyo, avec des temples, des jardins et pleins de bonnes choses à manger (pâtisseries à la pâte de haricot rouge par exemple). Nous sommes allés voir les buildings et les rues animés en fin d’après midi et début de soirée dans les quartiers de Shibuya, Shinjuku et Ginza.

Nous avons visité le très beau Meiji Shrine avec un parc sublime, et le quartier environnent de Harajuku.

Nous avons fait du repérage pour les musées mais nous n’avons pas encore jeté notre dévolu sur un en particulier.

Nourriture   (ça faisait longtemps)

On s’est un peu laissé emporter le premier jour, nous voulions goûter à tout : Takoyaki, Ramen, quatre heures aux haricots rouges….

Nous nous sommes laissés convaincre par nos copains de l’auberge de les accompagner à un « sushi train » ! Le premier de ma vie et je n’ai aucun regret. C’était vraiment pas cher à comparé de la France, nous avons payé 16 euros à 2 pour 20 sushis chacun.

Maintenant nous faisons les courses, et on apprécie vraiment de faire notre propre cuisine. Faire les courses n’est pas une mince affaire, les prix ne sont pas au kilo mais à l’unité, on ne comprend souvent rien aux étiquettes et il faut bien faire attention où acheter notamment les fruits et légumes qui sont assez chers.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :