Parents – 親

L’autre jour j’ai appris la signification très intéressante d’un kanji. Ok très bien, déjà qu’est ce qu’un Kanji ?

Dans l’écriture japonaise il y’a deux alphabets syllabaires. D’abord les hiraganas, l’alphabet classique que tout le monde apprend dès qu’il est petit.

Ensuite les katakanas qui servent à écrire les mots étrangers, familiers ou noms propres. Par exemple : restaurant en japonais donne  » re – su – to – ra – n » soit : レストラン

Parfait. Cela n’a rien à voir avec les kanjis. Les kanjis ce sont des caractères chinois qui peuvent être utilisés dans la langue japonaise. Ce sont donc des idéogrammes, et les décrypter aide à comprendre le sens. Plusieurs idéogrammes peuvent s’associer pour un nouveau mot. Par exemple, les Kanjis « montagne » et « feu » mis ensemble signifient « volcan ».

Logique non ? Pour apprendre les kanjis, il y’a plusieurs méthodes soit on apprend de manière bête et méchante en répétant et en écrivant, soit on les apprend en les comprenant et les décryptant et ainsi, plus on en connaît et.. plus on en connaît. Étonnamment c’est la première méthode qui est la plus utilisée.

Bref. L’autre jour (il y’a un mois oui, ça va hein), j’étais au café-restaurant où je travaillais à Tokyo et mon chef, Kenta-san m’a appris la signification d’un Kanji. C’était alors ma dernière semaine de travail, et je devais former les petits nouveaux qui allaient me remplacer (une tâche relativement ardue). Je leur apprenais alors la méthode traditionnelle du pancake australien, ou plutôt du pancake australien vu par les japonais. Monter les blancs en neiges, mélanger avec la préparation appelée ‘tané’ mais attention, vraiment bien mélanger sans que les blancs ne tombent, puis mettre sur la crépière avec la technique du posé-tourné de Emma, laisser reposer 3 minutes, entendre le minuteur sonner, tourner le pancake, avec assurance mais sans le casser et sans l’aplatir, remettre 3 minutes, dresser, servir. Tout un art (et non ça ne me manque pas du tout).

Bref. J’étais à l’autre bout de la cuisine à me rendre utile du côté de la plonge pendant que mes padawans étaient en train de surveiller les pancakes (comprendre attendre que le minuteur finisse par sonner en ne foutant rien à côté de la crêpière). Et voilà que ça sonne. De l’autre bout de la cuisine je tend l’oreille et je vais me tenir au bout de l’allée pour voir comment mes petiots se débrouillent. J’observe sans intervenir (ils doivent bien prendre leur envol à un moment donné) mais prête à bondir si je les sens en plein désarroi. Le timer s’arrête la crépière est ouverte, le pancake est retourné sans être cassé et remis à cuire 3 minutes. Trop facile. Un petit soupir de soulagement. Tout va bien.

Mais je m’égare. Alors que j’observe mes nouveaux, mon chef Kenta m’observe moi. Et il me dit juste après ça « Emma you are like parent ». Bien sur je frémis et pense : « oh mon dieu non pas parent j’aime pas les enfants sortez moi de là » mais il reprend : « l’attitude que tu viens d’avoir représente exactement l’idéogramme japonais ‘parent' ». et il me le dessine en me l’expliquant.

kanji parent

voilà la kanji pour le mot parent. Il se compose de 3 parties.

la partie de gauche se divise en deux

kanji stand
Cette partie signifie « to stand »/ se tenir debout
tree
celui la sgnifie « arbre »

Le dernier caractère, à droite, signifie « regarder ».

Pour décrire les parents donc on combine « se tenir debout », « arbre » et « regarder ». Cela se passe d’explication non ? En tout cas selon Kenta-san c’était à ce moment là, exactement l’attitude que j’avais à me tenir droite, ferme et observatrice. Ce jour là, début juillet je suis donc devenu un parent.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :