La nourriture à Bali

Wahou voilà un vaste sujet ! Il y’a tellement à manger dire sur le sujet.

Les deux traditionnels : Nasi Goreng et Mie Goreng.

  • Goreng veut dire « frit »
  • Nasi « Riz »
  • Mie « nouilles

et rien qu’avec ça on a une bonne combinaison de repas indonésien, ceux que tous les touristes mangent au début de leur aventure avant de tenter des plats un peu plus osés…

IMG_20180306_124653
Mie Goreng
IMG_20180304_130401
Nasi Goreng – crackers de tapioca

 

 

 

 

 

 

 

Le Gado Gado !

Un mix de légumes cuits à la vapeur, parfois avec un oeuf et servi avec une traditionnelle sauce aux cacahuètes. Parfait pour satisfaire ses envies de légumes après une période de riz frit…

IMG_20180310_130450
Le Gado Gado de Yogyakarta

 

CapCay : Un plat de légumes sautés Sino-indonésien qui peut être végétarien ou non (poulet, poisson, crevettes, tofu ou juste légumes).

 

Tempeh !! sorte de galette de soja fermenté, très bon frit.

 

IMG_20180308_200152

 

Nasi Campur ! mon petit préféré. Et pour cause, c’est un mix de plein de bonnes choses indonésiennes, servit avec du riz blanc. Le plus souvent on a le riz au milieu de l’assiette et des petites portions de pleins de choses différentes tout autour : du tofu frit, du poulet, du poisson, des crackers, des petits légumes, du tempeh, un oeuf dur, des sauces gingembre, tomates, curry, plus ou moins épicé. Ce qui est chouette avec le Nasi Campur c’est que chaque restaurant à sa propre manière de le faire, on ne mange jamais la même chose.

IMG_20180315_140831IMG_20180323_141436.jpg

IMG_20180329_122427

Sato Ayam : soupe avec du poulet, des légumes et des nouilles parfois servi avec du riz blanc.

IMG_20180314_093254

Pepes de Poisson : poisson cuit dans des feuilles de bananes 🙂

IMG_20180328_210217

Curry de thon épicé avec légumes et du riz rouge.

IMG_20180319_122609

Salade de poulet, légumes et riz rouge.

IMG_20180319_122556

 

Ribs de porc avec des frites (non c’est pas de la triche)

IMG_20180329_122431

 

Sorte d’Omurice à l’indonésienne : riz frit au poulet dans une omelette

IMG_20180308_152627

 

Et en sucré ! Dadar Gulung ! des crêpes vertes fourrées à la noix de coco

IMG_20180320_121851.jpg

Aujourd’hui j’ai bu…

du caca – Le Loewak Coffee

IMG_20180306_150724

Alors que nous venons de nous prendre une bonne douche tropicale en nous promenant dans Yogyakarta avec notre hôtesse Labina nous propose de nous arrêter dans une boutique de café traditionnelle (sûrement?) et où le café est fait à partir… d’excréments de petits animaux. En arrivant le personnel très gentil nous explique la confection de ce café si particulier et … si cher !  Sa confection particulière remonte à l’occupation Hollandaise. Des petits marsupiaux appelés Paradoxurus (dans la famille des civettes), vivent grimpent, crapahutent dans les caféiers. Ils en mangent les fruits, mais ne les digèrent pas. Les graines ressortent donc quasiment intactes après leur digestion dans le ventre de l’animal. Mais comment avoir l’idée d’en faire une boisson ? Durant la période Hollandaise il est interdit pour la population locale de ramasser les grains de cafés trop précieux pour leur propre consommation. Ils contournent donc l’interdit en ramassant ces coprolithes, et en faisant du café à partir de ça. Ils se rendent compte que les enzymes de l’estomac de l’animal vont donner un goût unique au café à travers le processus de fermentation.

 

IMG_20180306_145124

Une bonne revanche pour eux puisque aujourd’hui il s’agit du café le plus cher du monde avec 75dollars pour 112 grammes.

Finalement, nous avons goûté. C’était très cher, 8 euros pour deux tasses (!!) et complètement hors budget, mais j’avoue qu’après toutes les explications que nous avaient fournis les jeunes on ne s’est pas senti de dire « ok merci au revoir » sans rien acheter. N’étant pas friand de café (on en boit jamais en fait) je suis sure que nous n’avons pas pu l’apprécier à sa juste valeur. Nous n’avions aucun point de comparaison, et n’en avons même pas apprécié le goût en lui même. C’était surtout rigolo de se dire qu’on buvait un café fait par un procédé inhabituel et qu’on ne le ferait qu’une seule fois dans notre vie (aucun doute là dessus!).

IMG_20180306_151531

Nous sommes rentrés à l’auberge, avons préparé nos excursions pour les jours suivants et on a essayé de se coucher tôt pour notre départ à 3h30 la nuit suivante pour le lever de soleil sur le temple de Borobudur (au passage boire un café à 17h alors qu’on tente de s’endormir a 21h, ça n’était peut-être pas l’idée de l’année).

IMG_20180306_150713

Aujourd’hui j’ai mangé…

Nous sommes encore sur l’île de Lamma. Nous nous promenons d’un côté à l’autre de l’île, et arrivé à un peu plus de la moitié du chemin, nous trouvons un petit stand/café au bord de la route dont on nous a vanté les mérites plusieurs fois. Nous n’avons vu que des locaux s’y arrêter, et sur internet les commentaires sur ce petit stand sont a 90% en chinois. C’est intriguant et ça nous donne encore plus envie de nous y arrêter.

Quand on dit qu’il s’agit d’un café, il faut s’entendre : Une dame a installé une table avec son matériel, des coupes et des plateaux. Est suspendu un menu en chinois et en anglais (ouf) et quelques tables et chaises en plastique sont placés tout autour.

 

Alors qu’est ce qu’on y mange chez ‘grandma tofu’ ?

Screenshot_20180223-191149

Nous avons opté pour le ‘soya bean custard – hot’ (en fait il était à peine tiède mais tant mieux!!). Et c’est un dessert sucré.

IMG_20180223_161856img_20180223_161915.jpgOn est d’accord, ça ne ressemble à rien (encore moins que le précédent).

Qu’est ce que c’est ? Au niveau de la texture ça ressemble à de la crème renversée faite avec du tofu. Comme ça, ça n’a aucun gout (enfin le goût du tofu quoi, mais on se comprends). Mais ces coupes sont servies avec une sauce ‘miel-gingembre’ qui fait toute la différence. On en verse un peu dessus : ça change tout! C’est très bon!

Néanmoins, il ne faut pas abuser de la petite sauce, car il y’en a quand même une bonne quantité et  ça devient vite écœurant.  Mais très bonne note pour cette petite pause le long du chemin pour manger ce ‘tofu-fa’!

Aujourd’hui j’ai mangé…

Aujourd’hui (le vendredi 23 Février), nous sommes allés nous promener sur l’île de Lamma. Nous sommes partis entre midi et deux avec la ferme intention de manger des fruits de mer de débarquant là-bas. Finalement ça ne s’est pas passé comme prévu. En arrivant nous avons découvert des tas de restaurants à touristes le long du port avec une multitude de tables et des serveurs qui tentent vivement de nous installer à une de leur table avant même que nous ayons pu jeter un coup d’œil aux menus (qui ne seront pas trop dans notre budget). Nous décidons de passer notre chemin… mais quand même, nous avons faim !

Entre tous ces restaurants, il y’a des boutiques à souvenirs, des petites shops et … une petite mamie qui vend des snacks assez originaux, et vraiment bon marchés (6 HKD à peu près à 0,60 euros). Cela s’appelle du ‘red bean pudding’ : du pudding au haricots rouges. Et c’est un dessert sucré.

IMG_20180223_144926

bon soyons honnête ce n’est pas très esthétique. C’est fabriqué dans des petits coupelles à thé. Le pudding est versé dedans, se gélifie en quelque sorte et une fois que c’est prêt, notre petite mamie retourne la coupe et le démoule. Elle plante deux petites piques en bois et c’est prêt à emporter et surtout à manger !

Quand nous le mangeons il est encore tiède, légèrement sucré mais pas trop, ça fait ‘blopblop’ comme de la gelée et c’est plein de haricots rouges. Et c’est très bon!

img_20180223_144940.jpgJ’avoue que ce n’est pas le dessert le plus élaboré mais c’est local, ça fait plusieurs fois que nous en voyons, toujours dans des petits vendeurs de rue, et c’est vraiment pas cher!

Et puis avouons le, n’ayant pas mangé, un dessert plein de haricots rouges, ça cale pas mal!

FOOD

Le test du Jour : La boisson au miel.

Depuis les quelques jours où nous sommes à Hong Kong, nous nous nourrissons essentiellement de nouilles, soupes de nouilles, de riz, ou encore de nouilles. Les repas dans des tous petits restaurants de rue ne valent pas grand chose (4 euros en moyenne par personne) et sont très bons (aucune mauvaise surprise pour l’instant même si nous ne savons pas toujours ce que nous mangeons – ignorance is bliss-). Les asiatiques ne sont pas très friands de desserts, et à part dans quelques boutiques spécialisées de gâteaux, le repas se termine par du salé. Même dans les supermarchés, les yaourts sont quasi inexistants : ils sont vendus à l’unité la plupart du temps et sous forme de yaourt à boire. Du coup j’avoue avoir des petites phases « j’ai besoin de SUCRE!!!!! »

(je sais, ça ne fait qu’une semaine qu’on est parti, laissez moi tranquille)

L’eau par contre n’est pas potable – où alors dans quelques endroits seulement- et franchement on ne veut pas prendre le risque alors on achète au supermarché des bouteilles d’eau.

Pour ceux qui se posent la question (oui c’est important) : Oui il y’a de la volvic dans quasiment tous les 7/11 qu’on croise et non nous ne l’achetons pas, elle est chère!

Du coup dans les frigos du 7/11, il y’a toujours desIMG_20180122_150648 dizaines de boissons dont on ne comprend pas toujours le contenu. Parfois, on comprend bien ce qu’il y écrit dans la description mais ça ne nous sauve pas. Du coup hier, j’ai voulu tenter de prendre une de ces bouteilles très colorées pour faire un petit test.

A priori selon la description du produit il s’agirait d’une boisson fraîche au miel. La bouteille est jaune, mais fraîche, cela devrait bien nous désaltérer après cet après midi de marche.

Et effectivement la description est exacte. Il n’y pas un arôme de miel qui ajoute IMG_20180122_150649.jpgau breuvage un petit gout sucré. Il y’a du miel. avec de l’eau. et re du mieeeel derrière.

un peu comme du sirop qu’on aurait pas assez dilué du tout. Nous nous efforçons de finir (heureusement nous n’avons qu’une bouteille pour deux) même si j’avoue qu’il nous faudra un demi litre d’eau derrière pour que notre langue reprenne vie.

Nous saurons maintenant que les descriptifs sur les étiquettes sont à prendre au pied de la lettre, et cette boisson, même on ne risque pas de la reprendre de si tôt aura eu le mérite de me faire passer mon envie de sucre pour un petit moment !

 

Cuisine du monde….. de Warcraft

Avant que nos pérégrinations culinaires en Asie ne commencent, je propose aujourd’hui la revue d’un repas du monde… de Warcraft.

Alors un repas, on sait ce que c’est mais Warcraft, c’est quoi ? Il s’agit d’un jeu de rôle massivement multijoueur en ligne. Et dedans, les personnages peuvent manger, faire à manger, regarder d’autres qui mangent (chacun ses hobbies), apprendre la cuisine etc.. Vous avez compris le principe. Des nouvelles recettes apparaissent au fil du temps, et les arts culinaires changent selon les régions. Un peu comme dans la vraie vie en fait. Mais en pixels.IMG_20180102_204236

L’autre jour, étant invitée chez un démoniste de niveau 100, j’ai eu la chance de manger un diner concocté par ses soins inspiré des recettes du jeu. Alors qu’on le dise, les recettes sont toutes dans un ouvrage dédié à la cuisine dans le jeu, et le but de petit texte n’est pas de donner toutes les recettes dans le détail, mais plutôt de débriefer les plats.

 

 

Nous étions 4 pour ce repas à thème qui a débuté par un apéritif appelé  « L’encas du pisteur ».

img_20171228_193138.jpg

Alors cet ‘encas’ qu’est ce que c’est ? Déjà c’est très bon. Il semble important de le mentionner en premier. Pour faire simple, il faut du bacon – une bonne dose à priori pour ravitailler les pisteurs- , du sucre et des épices nordiques. Coupées en tranches assez fines, le bacon était un peu caramélisé, pas trop gras et bien assaisonné. Le tout était assez croustillant et facile à manger. La cuisson au four avait donné une jolie couleur au bacon, un peu grillé par le sucre, et on avait vraiment l’impression de manger un en cas préparé dans une taverne. Je crois que tout le monde a beaucoup aimé cette mise en bouche.

Le plat de résistance a été ma partie préférée du repas.  Alors dans l’assiette nous avions plusieurs choses. De la viande de boeuf, (des tournedos pour être exact) pour réussir ce ‘steak de brochepelle tendre’ concocté avec une bonne dose d’épices et une sauce au vin rouge delicieuse, du riz, des carottes sautées avec du miel, de la sauce soja et du gingembre frais et enfin des champignons de Zangar, aux épices et avec une sauce à tomber. Zangar étant une zone du jeu faite composée presque uniquement de champignons géants (oui c’est assez fantasmagorique, et en plus ça donne des bonnes recettes). Le tout était agrémenté de fleurs comestibles pour décorer les assiettes. img_20171228_204112.jpg

Bon il est vrai que l’apéro faisait bien chasseur, mais là on est passé dans une auberge ‘haut de gamme’, ce sera la même chose pour le dessert.

Pour terminer ce dessert en beauté, nous avions une jolie assiette avec plusieurs petits gâteaux et une clémentine.IMG_20171228_210346

Un brownie de ‘Dalaran’, (la magnifique capitale des mages), avec un glaçage aux épices qui relevait bien le gout du chocolat. Des petits cookies au gingembre, spécialité du Voile d’Hiver et particulièrement appréciés en cette saison par le Grand Père Hiver. Le tout avec une goutte de sirop d’érable parce que soyons honnêtes, le sirop d’érable ne gâche jamais rien…

Ce repas s’est terminé par une partie de trivial poursuite acharnée avec des questions du monde …. de Warcraft (soirée à thème jusqu’au bout). Partie pendant laquelle nous n’avons pas oublié de reprendre des forces (sucrées) afin de ne pas faiblir jusqu’à la dernière question.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑