Prambanan

Jeudi 08 MARS

Prambanan.

IMG_20180308_104618

Levé vers 7h, nous prenons un petit déjeuner de nouilles préparées à l’indonésienne (oui on aime bien ça) avant de partir pour notre 2ème journée temple : celui de Prambanan.

On a choisi pour ce 2ème jour de visite une organisation un peu différente. Déjà il n’y a pas la possibilité de voir le lever de soleil ici, des tours sont organisés pour voir le coucher de soleil avec un spectacle de danse traditionnelle. Mais aujourd’hui on a décidé de faire entre nous, et à notre rythme, on part donc vers 8h30 en direction de l’arrêt de bus. Le trajet dure à peu près une demi heure, le temps de trouver notre route en direction du temple on y est vers 9h30.

IMG_20180308_130912

A cette heure là, aucune attente, d’autant que nous avons déjà notre ticket pris la veille déjà à Borobudur. Il fait très beau, nous avons droit à une boisson d’accueil, et hop c’est parti. Le temple n’est pas vide, loin de là, mais on s’attendait à beaucoup plus de monde que ça, nous sommes plutôt content ! Alors que Borobudur est un temple bouddhique, nous sommes là dans un temple Hindou et ça se sent. Il y’a même des petits airs de Cambodge qui flotte autour de nous. Et j’avoue que ça me plaît … La première zone est composée de 3 temples majeurs, dédiés à Shiva, Bhrama et Vishnu et 3 plus petits temples dédiés à Garuda, Nandi et Hamsa. Les temples datent du 9ème siècle, et il y en avait alors 250 de toutes tailles, disposés autour de ces 6 temples. La zone a été abandonnée au 10ème siècle, quand le gouvernement s’est déplacé à l’Est.

En fait, Prambanan c’est pas ‘un’ temple. C’est un complexe archéologique, composé de plusieurs temples, dispersés dans un grand parc et à notre plus grand bonheur, plus on s’éloigne du grand temple principal de Shiva, moins il y’a de monde. On se retrouve donc à l’autre bout du parc, un peu plus de deux heures plus tard dans le « Candi Sewu », seuls. Aucun touriste n’est venu jusque là. Il est possible de louer des vélos pour gagner un peu de temps ou alors des voiturettes (comme des voitures de golf) pour faire le tour sans se forcer. Les touristes ne descendent même pas des voitures, prennent des photos pendant le trajet sans s’arrêter et c’est trop bien.. pour nous !! On prend notre temple, on se balade dans le temple, à travers les ruines (il faut dire qu’entre les tremblements de terre et les volcans beaucoup de pierres sont tombées). Finalement, quand nous commençons à sentir les premières gouttes et voir les gros nuages arriver on repart vers la sortie. Nous prenons quand même le temps de nous arrêter au musée, ou il ya une bonne partie des statues récupérées dans les temples. Par contre rien n’est en anglais et tout est en Indonésien. J’ai appris quelques mots mais ici savoir dire « ou sont les toilettes s’il vous plait ? » ne m’est pas d’une grande aide.


L’anecdote sympa :

la légende du temple de Prambanan.

Un peu d’indulgence s’il vous plait, les traductions des brochures en langues étrangères sont un peu aléatoires et nous avons du en croiser plusieurs afin de comprendre l’histoire en entier. D’ailleurs la mythologie n’est pas une science exacte.

La légende de Roro Jonggrang.

Il était une fois un prince appelé ‘Bandung Bondowoso’ qui voulait épouser une princesse ‘Roro Jonggrang’, fille d’un roi rival. Mais, ayant tué le père de celle-ci au combat, la princesse ne veut pas devenir sa femme. Elle lui demande donc une tâche impossible : construire un temple avec 1000 statues (ou 1000 temples selon les versions), en une seule nuit. S’il y arrive, elle l’épousera. Le prince construit 999 statues, mais la princesse qui n’a pas du tout l’intention de l’épouser fait brûler un grand feu à l’horizon à l’Est pour faire croire que le soleil est déjà levé et que le temple n’est pas fini à temps. Quand il se rend compte de la supercherie, le prince fou de rage contre la princesse, la change en pierre, faisant d’elle la 1000ème statue du temple. (parce que oui, il avait des pouvoirs surnaturels, à votre avis comment il a fait 999 statues en une nuit ? Forcément il y’a invoqué des démons et des forces magiques pour l’aider et quand ils ont vu le soleil ils sont repartis, laissant le temple inachevé…)

IMG_20180308_111043

Temple de Borobudur

Mercredi 07 mars

Lever de soleil à Borobodur.

Il est 3H00, le réveil sonne. Il fait encore nuit, mais la journée commence ! Heureusement, il est posé à l’autre bout de la pièce sur une table alors nous sommes obligés de sauter du lit pour le faire taire… ! On se prépare, fait les sacs à dos et  nous embarquons un petit snack au cas où on ait une petite faim. Comme la plupart des visiteurs de passage à Yogyakarta, nous souhaitons voir le lever de soleil sur le temple de Borobudur, un des plus beaux du pays à priori. Comme les bus publics ne fonctionnent pas encore à cette heure là, et que un peu plus d’une heure en scooter de nuit ça ne nous tente pas plus que ça, nous partons en bus. Le bus vient nous récupérer à l’auberge à 3h30. Il y’a une dizaine de place mais nous ne sommes que 3, avec un hollandais très gentil. Le bus le dépose au temple, et nous repartons un peu plus loin. Nous avons choisi de voir le lever de soleil sur le temple depuis les collines environnantes, dans la jungle, option vraiment meilleur marché et un peu moins populaire. Le bus nous dépose, on paie le droit d’entrée (30 000 idr, un peu moins de 2euros) et on finit de grimper la colline. Les locaux ont aménagé le chemin avec des bambous, des grosses pierres et des bougies et petites torches tout le long du chemin façon koh lanta et c’est chouette car il fait encore nuit noire. On arrive a 5h et il n’y a pas trop de monde entre 20 et 30 personnes, ce qui paraît plus que correct pour le site le plus visité du pays. On se choisit de bonnes places et on n’en bouge plus au cas où un car de chinois débarquerait… (ça n’arrivera pas). Le ciel est nuageux, avec des éclaircies par endroit. On croise les doigts pour réussir à voir un bout de soleil. On attend patiemment, et il y’a une bonne atmosphère avec une sorte d’appréhension générale. Finalement les minutes passent et la brume tombe sur la forêt tropicale, c’est magnifique. On a l’impression d’être dans un lieu magique, avec les arbres, les palmiers, la brume et les bruits des animaux (oiseaux et autres iguanes qui nous mettent dans l’ambiance).

Le ciel devient un peu rouge, on devine quelques rayons derrières les nuages, et nous apercevons un bout de disque rouge dans la brume, derrière la seule petite pointe du temple qui se dégage des nuages. Soyons honnête, ce n’est pas le lever de soleil du siècle mais l’atmosphère était tellement particulière que je ne voudrais pas le changer pour un autre !

IMG_20180307_064659

Bon il est 6H, et il est maintenant temps de se jeter à l’assaut du temple. Notre chauffeur nous dépose au temple, nous donne 2h-2h30 de visites avant de le retrouver pour repartir. Arrivés à 6H il n’y a pas grand monde, même si on sent que les voitures et les bus commencent à se presser sur le parking. Nous achetons un ticket combiné avec le temple de prambanan que nous irons voir le lendemain. On commence par monter tout en haut du temple, là ou il y’a toutes les Stupas. La vue est magnifique. On en profite pour prendre un maximum de photos avant que tout le monde arrive. Des écoles sont déjà sur place pour visiter, nous avons alors droit à notre petite séance photos. Heureusement il y’a plein de touristes et on sera assez tranquille pour découvrir le lieu. On prend notre temps pour lire la brochure et nos guides afin d’en apprendre un peu plus sur le lieu. Ensuite, nous descendons petit à petit les différents étages en observant le paysages alentours mais surtout les bas reliefs qui sont plutôt bien conservés (après des périodes de volcanismes, tremblements de terres et de restaurations, on sent que parfois les pierres ne sont pas aux bons endroits et ça donne des scènes assez cocasses.) Du haut du temple, nous pouvions voir le chemin d’accès avec la masse de touriste qui commençait à arriver entre 7h30 et 8h, mais les gens ne font que grimper le temple pour prendre LA photo clichée et redescendent tout d’une traite jusqu’au bus sans prendre le temps de tout regarder. Tant mieux pour nous, il n’y a personne aux étages inférieurs. Alors qu’on s’assoit en bas sur un petit banc pour admirer l’immensité du temple, un groupe de bouddhistes passe devant nous, pour faire le tour traditionnel du temple qui est organisé comme un mandala.

Nous repartons au bus vers 8h30-9H, un peu court pour tout voir à mon sens, mais avec des supers conditions : pas encore de forte chaleur à cette heure de la journée et un nombre de touristes assez restreint.

Nous rentrons à l’auberge à 10h15 avec des jolies images plein la tête à temps pour le petit déjeuner.

IMG_20180307_063729


Borobudur info pratiques Mars 2018.

De nombreuses agences proposent des tours organisés avec transports et/ou guides. Il y’a l’embarras du choix. Encore une fois, vous pouvez demander à votre auberge si vous sentez que les gens sont sympas et qu’ils ont de bons conseils. J’avoue qu’en réservant, on s’est demandé si le tour était fiable ou si c’était juste proposé car c’était le copain du propriétaire. En fait, au bout de quelques jours on a papoté avec eux et ils travaillent avec une agence qu’il trouve honnête et avec de bonnes prestations alors tout le monde est content.

  • Ticket groupé : borobudur + prembanan: 540 000 idr par personne (valable 2jours)

2 options en supplément pour voir le lever de soleil :

  • dans le temple en payant un droit d’entrée de 225 000 idr (moins en restant à l’hotel sur place : le manohara, 137 500 voir plus bas). C’est cher mais ça permet de rentrer dans le temple à 4H30 avant qu’il n’ouvre officiellement à 6H.

 

  • depuis la colline : 30 000 idr par personne (un peu moins de 2euros).

En partant de Yogyakarta.

  • Nous avons choisi de booker le transport sans guide : ça nous a coûté 110.000 idr par personne, soit 6.50 euros, pour être pris à l’auberge à 3H30, faire une heure de trajet (aller) et être ramené à l’auberge. Nous n’avons eu aucun soucis avec le chauffeur qui était adorable. 10 places dans le mini bus (en mars c’est la basse saison nous n’étions que 3).
  • Sinon il y’a la possibilité de louer un scooter en ville et être libre de ses mouvements, je pense que ça doit être le plus sympa, mais attention au trafic et aux petites routes pour y aller. Nous avons été honnêtes avec nous même, on n’est pas des conducteurs chevronnés, on a pris le bus. Attention à la puissance du scooter car parfois ça grimpe pas mal et à deux le véhicule ne veut pas toujours monter ^^ Certaines agences demandent de garder le passeport le temps de la location mais on conseille de ne pas le faire (photocopie à la limite) et plutôt une caution en argent (cf site du gouvernement). En Thailande on nous avait conseillé de prendre des photos du scooter (ils ont souvent des rayures) et ça évite qu’à la fin de la journée on vous garde la caution en disant que c’est vous qui les avez faites.
  • Avec un transport privé (taxi) mais attention de bien négocier le prix avant d’y aller.
  • Il y’a des bus publics qui permettent d’aller de Yogyakarta à Borobudur, mais on loupe le lever de soleil.

En restant à Borobudur.

Autre option, pour ceux qui veulent profiter un peu plus du temple et des alentours : vous pouvez rester un ou deux jours dormir à Borobudur. Il y’a plein de guests houses dans la ville qui proposent des transports ou des visites guidées, sinon en étant sur place ça doit être faisable seul. Sinon l’hôtel Manohara se trouve dans le parc archéologique, et l’accès au lever de soleil est un peu moins cher quand on reste dans cet hôtel là.

The Space Museum

Le Lundi 22 janvier, une petite semaine après être arrivé à Hong-Kong, il était bien temps d’aller visiter un musée.

Motivés, nous nous sommes levés tôt, préparés, et à (seulement) 15h, après avoir mangé dans un tout petit restaurant délicieux et économique nous voilà en route pour le musée de l’espace. Celui-ci ne se trouve pas sur l’île principale de Hong-Kong mais sur le continent à Kowloon. Il est situé à côté du centre culturel de Hong-Kong. Et vu de l’extérieur, il est en forme de sphère. Nous nous rendons à la billetterie, ou il y’a à cette heure là un peu de monde, le temps pour nous de comprendre que des films sont projetés à certains horaires et qu’il faut s’inscrire. Nous en choisissons un et arrivons bien naïvement devant l’hôtesse de caisse pour demander « 2 tickets for the museum and 2 for the movie at 5pm ». Ce à quoi la gentille dame nous répond que le musée est fermé pour rénovation depuis au moins un an et n’ouvrira pas avant avril. Ah. C’est bien.

1.4.4.2.3-Hong-Kong-Space-Museum_03

Bon tant pis pour l’exposition permanente, il nous reste toujours la projection.

En effet, la salle de cinéma reste ouverte pour quelques documentaires, et nous avons vu un film de Jean Michel Cousteau sur ‘Les secrets de l’océan’ affiché qui nous plaisait bien. Cela a lieu dans la bulle. L’écran se constitue en fait de tout le dôme, et les fauteuils sont inclinés vers l’arrière pour que nous puissions avoir une belle vue de cette projection inhabituelle. Il n’y avait pas trop de monde en cette fin d’après midi, et nous étions assez bien placés. Le film était en cantonais mais chaque siège disposait d’un casque audio  caché dans l’accoudoir, pour pouvoir écouter dans d’autres langues.

La séance durait environ 40 minutes, et j’avoue avoir apprécié les 15 premières minutes de projection avant de me faire emporter dans des contrées bien plus lointaines par notre cher Morphée.

https://www.lcsd.gov.hk/CE/Museum/Space/en_US/web/spm/whatsnew.html

L’image du Jour Rome

Alors ayant passée l’après midi à parler voyage avec une copine qui va elle aussi bientôt se jeter à l’eau, je suis rentrée chez moi en rêvant de voyages futurs et nostalgique des précédents. J’ai donc ouvert le dossier photo des dernières vacances (peut on parler de voyage quand on ne pars qu’une semaine ? Est ce la durée qui compte ? Je n’ai aucunement l’intention de répondre à ça maintenant. Et pourtant c’est moi qui ai posé la question. J’aime bien me mettre des battons dans les roues. Et faire des parenthèses qui durent 5 lignes.)

Bref j’ai trouvé une photo que j’ai eu envie de partager sur le blog. La Voici :

img_20170905_104437.jpg
Colisée – Sesterce 80 AD

Alors non il ne s’agit pas du plus beau paysage de Rome au couché de soleil. Il ne s’agit pas non plus de la plus belle vue du Colisée. quoi que ! c’est la plus ancienne. Et il se trouve que j’aime bien les vieux trucs.

Il s’agit bien de la plus vieille représentation du Colisée qu’on ait retrouvé à l’heure actuelle, et elle se trouve sur un sesterce en bronze qui date de 80 après J.-C., du règne de Titus. Le Colisée ou amphithéâtre flavien, a été construit à Rome, entre 70 (sous le principat de Vespasien) et 80 (principat de Titus). On peut voir dessus les différents étages et les spectateurs qui y sont représentés nombreux.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑